Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Semaine du 12 juillet 2017

« Trente-Cinq ans déjà! »

Je n’ai pas voulu être prêtre. J’y ai consenti pour répondre à ma soif de bonheur, pour aimer d’une manière plutôt originale. Mon engagement comme prêtre me permet de réussir ma vie, de m’épanouir, de me réaliser et d’être utile aux autres.

Je nourris un dialogue intérieur avec Jésus dont le Visage est le chemin de Dieu sur le continent humain.

Ordonné prêtre un après-midi d’ascension, le 23 mai 1982, je voulais que ma vie s’élève sur la courbe de mon histoire pour s’arrimer à la Vie de Dieu, sève intérieure qui alimente la mienne, car, comme l’écrit Pierre Teilhard de Chardin, «tout ce qui monte converge».

Me voici, encore, comme au jour de l’ordination, pour laisser la Vie de Dieu couler en moi et irriguer les champs et les combats où se prépare le Royaume de Dieu.

Il y a presque quarante ans, lors d’une rencontre avec le père Cusson, alors responsable des vocations pour les Jésuites, il m’a demandé:

«Êtes-vous prêt à souffrir beaucoup pour l’Église?» et, dans un enthousiasme juvénile, j’ai répondu: «Bien sûr!» Il a ajouté: «Êtes-vous prêt à souffrir plus encore à cause d’elle?» Face à mon étonnement, il précise: «Vous avez très bien compris ma question. Il vous reste à y répondre au secret de votre cœur.»

J’ai répondu «avec l’aide de Dieu et des autre, oui.» Mots retrouvés lors de la promesse louveteau. «Je demande à Jésus et à mes frères de m’aider.»

Est-il amour sans souffrance?

«Amis / amies, partons sans bruit. La pêche sera bonne.»

Rénal Dufour, prêtre