Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Semaine du 18 octobre 2017

« Un départ, ça se prépare. »

 

Je toque contre la porte. Une voix, faiblement, répond: «C’est ouvert.»

J’entre doucement.

«Je suis dans mon lit, en sous-vêtement.

Si ça ne t’incommode pas, tu peux venir.»

Je m’approche.

À quatre-vingt-onze ans, il est allongé.

Lui, le routier qui a marché nombre de sentiers.

Lui, qui a couru le vaste monde.

Lui, qui a rencontré plusieurs grands de ce monde.

 

Il est presque nu.

Lui, si fier. Et qui s’habillait toujours avec soin.

 

«Merci d’être venu. Je pense à toi. Tu ne viens guère souvent.»

Il ajoute: «Tu sais combien je t’aimais.»

«Pourquoi le dire au passé? J’espère que vous m’aimez encore!»

«Bien sûr», murmure-t-il avec un léger sourire.

Je le sens bien présent à ce qui se passe.

 

Il me tire sur son cœur et dépose sur mon front ses lèvres un peu tremblantes.

 

Nous prenons le temps de visiter la mémoire qu’il a encore de tant de personnes, d’évènements, de questions, de publications, de moments intenses.

Combien de dossiers analysés, soupesés? Combien d’initiatives encouragées: programmes de formation pour adultes, congrès internationaux, enseignement à l’université, etc.

 

-«J’ai hâte de rentrer chez Dieu.»

-«N’y sommes-nous pas déjà? Ne m’avez-vous pas rappelé ce texte d’un auteur que vous aimez: ‘La vie de grâce, c’est la vie éternelle commencée; la vie éternelle, c’est la vie de grâce continuée.»

-«C’est de Garrigou-Lagrange. Et c’est vrai, maintenant et encore.»

 

Nous terminons par une prière.

Je le bénis. Il me bénit.

Nous prenons congé l’un de l’autre.

Le reverrai-je en ce bas-monde?

 

Un départ, ça se prépare.

 

Rénal Dufour, prêtre