Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Semaine du 22 février 2017

« Guerres de religions égalent guerres des valeurs? »

Comme plusieurs d’entre vous, j’ai vécu toutes sortes d’émotions lors de la tuerie de Québec. Je croyais avec conviction que ces actes terroristes ne pouvaient être commis qu’à l’étranger. Je me sentais en sécurité dans mon petit pays pacifique. Pourtant, l’événement s’est produit chez nous. D’autres part, j’étais en colère de voir que les médias cherchaient à en faire un acte de racisme et de conflits culturels. Avaient-ils raison? Les conflits entre les cultures et les religions viennent-ils d’un manque de connaissances ou d’une vision biaisée de notre part? D’un autre côté, j’ai été émue par les actes de solidarité des gens face au drame.

Je crois que les gestes de violence sont faits par des gens, et non par des religions. La plupart des religions présentent des bases similaires d’entraide, d’amour et de prière. Il existe des différences, mais peuvent-elles justifier la haine? L’être humain adopte et pratique une religion avec ses propres visions, ses propres limites, ses propres compréhensions. Les gourous et certains dirigeants de ce monde profitent de notre quête d’identité pour inculquer des valeurs extrêmistes construites sur des informations éronnées. Parfois, les terroristes n’ont même pas besoin de gourous. Ils s’auto-éduquent et décident de passer à l’acte… Quel malheur!

Doit-on se méfier de tout le monde? Il est vrai que la menace peut venir de n’importe où. Je crois que c’est dans l’ouverture vers l’autre que la paix peut être possible. En prenant le temps de connaître l’autre, je peux découvrir que nos besoins et nos valeurs sont similaires. Les différences de religions sont peut-être un peu comme les langues parlées : elles ont des origines différentes, mais le sens des phrases reste le même.

Martine Duval