Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Semaine du 25 octobre 2017

« Au travail, c'est le temps des récoltes! »

L’arrivée de l’automne signifie pour moi le temps des récoltes. En me promenant dans mon jardin, je ramasse les fruits et les légumes tout en pensant que ces récoltes sont directement reliées à la température, mais aussi à la somme de travail que j’ai investi. Tous les jardiniers vous diront qu’un jardin, c’est un investissement de temps. Il faut préparer la terre, semer, enlever les mauvaises herbes et tellement d’autres tâches quotidiennes qui ne garantissent pas toujours le résultat souhaité. Pourtant, ça vaut vraiment la peine, les carottes de jardin sont si succulentes!

Mes pensées m’amènent à la comparaison entre un jardin et l’estime de soi qui est en quelque sorte mon jardin intérieur. Les critiques sont un peu comme des mauvaises herbes, je dois les retirer pour diminuer leurs impacts négatifs. Les tendresses et les bons mots sont comme le soleil et l’eau qui revitalisent les plantes et amènent ses fruits.

Il est très naturel de penser qu'il faut prendre soin d’un jardin extérieur. Or, prendre soin de son jardin intérieur et réfléchir sur son estime de soi semblent être une perte de temps dans notre société qui vit à un rythme effréné. Pourtant, cela est essentiel à notre équilibre de vie. Je me dois de relativiser les critiques des gens selon le contexte, l’importance des mots, le niveau d’attachement de la relation et tant d’autres facteurs. Le travail effectué sur mon estime porte ses fruits car il améliore ma confiance et mon niveau de satisfaction personnelle. Si je n’y consacre pas de temps, les impacts négatifs risquent alors d’être inscrits dans un processus inconscient qui influenceront ma personnalité, mes comportements, mon quotidien.

Aujourd'hui, je peux décider d’apporter du soleil autour de moi par mes commentaires ou encore de lancer des mauvaises herbes aux autres... C’est mon choix et comme dit l’adage : on récolte ce que l’on sème...


Martine Duval