Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Publications Publications
 
Document Actions

Semaine du 28 mars 2018

« Le cancer, et si c'était de ma faute? »

J’ai eu de belles discussions avec des gens atteints du cancer qui m’ont partagé leurs expériences. Plusieurs m’ont évoqué les croyances populaires qui ont tendance à pointer du doigt l’incapacité à gérer le stress ainsi que notre mode de vie. Ce sentiment de culpabilité les amenait à se sentir 100% responsable de leur cancer. En plus, la honte se témoignait par l’impression d’avoir d’abandonné leurs proches en leur imposant une charge supplémentaire. Évidemment, ils avaient de la difficulté à accepter l’aide et encore plus à demander. La peur est centrale, elle apparaît dès le diagnostic. Elle provoque des scénarios catastrophes qui sont difficiles à déloger.

      Dans les faits, selon la Société canadienne du cancer : « Très peu de cancers ne sont causés que par un seul élément. La plupart semblent être causés par un ensemble complexe de facteurs de risques. » Dans cette optique, si plusieurs facteurs sont en jeu, la responsabilité devient, elle aussi, partagée. Parmi les facteurs de risques, certains peuvent être contrôlés comme l’alimentation, la sédentarité, le tabac et l’alcool.  D’autres sont hors de notre portée, comme l’environnement et la génétique. Qu’en est-il du stress? Les recherches effectuées démontrent qu’il n’existe pas de lien causal entre le stress et l’émergence du cancer. En fait, je pense que cette croyance permet peut-être de s’imaginer à l’abri du cancer, une façon de dire que ça n’arrive qu’aux autres.

      Les estimations prévoient qu’un canadien sur deux aura le cancer au cours de sa vie. Au cours d’évènements difficiles, les émotions sont inévitables mais certaines d’entre elles peuvent nous handicaper. En revanche, si le stress ne cause pas le cancer, il peut fortement influencer son traitement, sa durée et surtout sa résolution. C’est en prenant soin de soi, en ayant une attitude positive et en passant à l’action, si petite soit-elle, qu’on retrouve un sentiment de pouvoir, et peut-être d’espoir.

    

 Martine Duval