Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Semaine du 30 août 2017

« Huit paroisses ! »

«Vous avez pris deux nouvelles paroisses», me dit-on après la lecture de la lettre des nominations de l’évêque du diocèse, à la fin de juin.

Je précise: «J’ai accepté deux paroisses sans préjudice à la tâche actuelle, à la demande de l’évêque du diocèse.» Légère nuance qui rappelle que je n’ai pas demandé; mais que j’accepte.

L’Église catholique n’est pas une démocratie, le personnel n’est pas syndiqué.

Les conditions de travail sont déterminées par le pouvoir monarchique de l’évêque, la répartition des tâches est liée aux limites personnelles des membres du personnel, entendons, des prêtres.

Compliquons un peu la situation. Certains prêtres prennent de l’âge –comme tout un chacun par ailleurs!- et leur santé est parfois fragilisée –comme il arrive aussi à tout un chacun!-. Alors, il arrive que des prêtres prennent du recul face aux responsabilités immédiates des paroisses.

Dans ce contexte, que plusieurs dessinaient depuis plus de vingt ans et que d’autres n’ont pas su voir venir, il me semble que j’ai encore quelque capacité pour assumer l’animation de quelques paroisses au Témiscamingue.

Ça suscitera des pratiques nouvelles, des initiatives novatrices, des changements prometteurs, bien que douloureux.

Mais avec des femmes et des hommes de foi, des anciens et des jeunes capables de responsabilité, il me semble envisageable de faire Église encore, bien qu’autrement.

Nous apprenons à laisser derrière nous certaines pratiques pour aménager un espace d’une communauté chrétienne qui veut rendre compte de son espérance, vivre ses valeurs au milieu d’une société affairée, accompagner le développement d’un Témiscamingue au visage humain.

 

Bonne continuation!

 

Rénal Dufour, prêtre