Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Publications Publications
 
Document Actions

Semaine du 31 janvier 2018

« Etty HILLESUM »

 

Vous avez peut-être déjà entendu parler de cette jeune femme juive qui a péri en 1943 à Auschwitz, dans le cadre de la terrible barbarie des fours crématoires qui a englouti tant d’êtres humains.

Etty Hillesum est morte à l’âge de 29 ans.  Mais ses écrits montrent une telle sagesse tout en portant un formidable souffle spirituel.  C’est un témoignage exceptionnel de résistance intérieure.  Son Journal qu’elle a laissé regorge d’élans de charité et d’amour incomparable.

 Je me suis arrêté à cette page émouvante qui demeure inspiratrice pour moi, en ces moments que nous vivons.  Elle qui a tant souffert jusqu’au prix de sa vie, chante pourtant la vie en écrivant ceci :
                                      

« Pour que la vie demeure belle et pleine de sens, il ne faut rien concéder à la peur, à la médiocrité qui dégénère vite en lâcheté.  Si nous ne sauvons des camps [de concentration], où qu’ils se trouvent, que notre peau et rien d’autre, ce sera trop peu.  Ce qui importe, en effet, ce n’est pas de rester en vie coûte que coûte, mais comment l’on reste en vie.  C’est bien parce que la vie a un prix inestimable que l’on n’a pas le droit de monnayer au rabais.  Et ce n’est pas parce que nos jours sont comptés que l’on doit se comporter en avares avec le peu de temps qui nous reste.  En se préoccupant à l’excès du lendemain on ne fait que gâter ou pétrifier l’aujourd’hui, lequel est peut-être l’ultime. »

  Quelle sagesse pour un temps de souffrance et de violence où même la révolte aurait été comprise!

             

Dorylas Moreau

évêque de Rouyn-Noranda                                                                                                         

                                                                                  …