Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Semaine du 5 juillet 2017

« Expé-Expo 67 »

Le 1er juillet 1967 donne le départ à la fameuse expédition de 110 canotiers de la région qui ont ramé 1 000 km à bord de 55 canots à partir du lac Osisko pour se rendre à l’Exposition internationale de Montréal. D’où l’appellation évocatrice « Expé-Expo 67 ». À l’époque, plusieurs des canotiers sont âgés entre 20 à 35 ans. Des équipes de canotiers proviennent de Rouyn-Noranda, d’Amos, de Ville-Marie, de Témiscamingue, de La Sarre, de Senneterre, de Malartic et de Val d’Or. Parmi les rameurs, il y a un prêtre qui accompagnera l’expédition et offrira la messe quotidienne en plein air. On retrouve aussi l’équipe logistique de terrain et les rameurs substituts. Le jour du départ, une foule impressionnante est réunie au bord du lac Osisko malgré la pluie. Les gens crient et applaudissent avec émotion.

L’année 2017 marque le 50e anniversaire d’Expé-Expo 67. Pour l’occasion, un comité organisateur a préparé les retrouvailles des canotiers du Nord-Ouest québécois qui ont eu lieu samedi dernier. Au total, 55 canotiers âgés aujourd’hui de 70 ans et plus ont été invités à se rassembler avec leur famille pour se rappeler de bons souvenirs. Parmi les activités, les participants ont pu visiter une exposition de photos, revivre une mise à l’eau de canots sur le lac Osisko, découvrir le projet d’une borne commémorative de l’événement et festoyer lors d’un souper prolongé par une soirée de témoignages. Ces retrouvailles ont été aussi vécues lors d’une messe célébrée à la cathédrale Saint-Joseph en action de grâce pour les liens créés depuis cette expédition et en mémoire des 55 canotiers décédés au fil des années.

Expé-Expo 67 fait partie de notre histoire régionale. Nous pouvons en être fiers. Le 50e anniversaire de cette expédition nous laisse en héritage la persévérance, l’audace, l’esprit d’équipe, le courage et l’entraide de ces hommes qui ont accompli leur rêve en canots. Notre vie est parfois comparable à de telles embarcations. Jésus a utilisé cette image pour parler des défis de la vie : « La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire ». (Mt 14, 24) Malgré les inquiétudes et les agitations suscitées par les vagues de nos vies, Jésus est discrètement à bord de notre barque. Nous pouvons compter sur lui pour naviguer en confiance vers d’autres rives.


Pierre Goudreault